La migraine est un ensemble de symptômes, dont le plus répandu est le mal de tête ou les céphalées. Par contre, ce n’est pas le seul symptôme qui peut accompagner la migraine. En effet, elle peut être associée à ce qu’on appelle : une aura.

L’aura est un trouble de la sensibilité, de la vue, de la parole, etc. On parle dans ce cas, d’une migraine avec aura, environ, un Français sur cinq en souffre et les femmes sont 3 fois plus concernées que les individus du sexe opposé.

Les migraines sans aura sont toutefois plus dominantes, puisqu’elles apparaissent dans 80 % des cas, tandis que la migraine avec aura apparaît dans 20 % des cas. Elle était appelée migraine ophtalmique, mais cette appellation n’est plus utilisée de nos jours.

Qu’est ce qu’une aura migraineuse et quelles sont ses causes ?

Migraine avec aura

L’aura migraineuse est un ensemble de symptômes qui apparaissent juste avant le mal de tête. Ces symptômes sont, certes, réversibles et surgissent avec des intensités différentes, en fonction de leurs causes.

L’aura peut entraîner l’apparition de tâches colorés, voire lumineuses souvent décrites comme une vision kaléidoscopique où la vision est troublée ou brouillée, scientifiquement, on parle de scotomes scintillants.

Les recherches ont prouvé qu’il existe une prédisposition génétique à la migraine avec aura, mais on ignore toujours le gène responsable. Donc, pour conclure le cerveau des patients migraineux, est prédisposé à subir des crises. Ceci le rend encore plus vulnérable aux facteurs suivants :

  • Les changements de luminosité brusques,
  • l’alcool,
  • les changements hormonaux,
  • les chocs émotionnels,
  • et le manque de sommeil.

Les recherches récentes ont démontré que les ondes émises par les smartphones pouvaient être à l’origine de migraines, l’exposition continue et abusive à ces ondes pourraient et en être l’origine et aggraver ces crises migraineuses. Il est donc conseillé, afin d’écarter cette possibilité, d’opter pour des patchs anti-ondes disponibles en vente libre.

Les symptômes de la migraine avec aura

La migraine avec aura est accompagnée de troubles visuels (perte de vision, scotomes scintillants), des troubles sensitifs, comme les picotements ou le fourmillement autour de la bouche, ou encore des troubles phasiques (perte de la parole).

Tous ces symptômes apparaissent, en général, avant le mal de tête qui se manifeste sur un seul côté du crâne. Ce que le patient ressent se rapproche de battements. Le patient ne supporte alors, plus le bruit et la lumière. Parfois, elle est également accompagnée de vomissements et de nausées. Cet état, peut durer de 5 heures à 4 jours, et il est aggravé par les gestes du quotidien.

Faut-il passer par une IRM ?

Afin de diagnostiquer la migraine avec aura, les médecins se basent sur les symptômes qu’on a décrits un peu plus haut, ainsi que des examens neurologique et cliniques. L’IRM ou les examens d’imagerie ne sont pas nécessaires, car il n’y a aucune lésion connues au niveau du cerveau. En revanche, le diagnostic de la migraine se repose sur :

  • Les symptômes positifs de neurologie,
  • l’apparition progressive de l’aura,
  • l’apparition successive des différents symptômes,
  • le mal de tête doit être unilatéral.

Pour parler d’une aura, il faut que les symptômes durent de 10 à 60 min.

Que faire dans le cas d’une aura migraineuse ?

Pour ce qui est du traitement de la migraine avec aura, il faut tout d’abord, éviter tous les facteurs qui peuvent la déclencher (on a cité ces facteurs un peu plus haut). Pour que le traitement soit efficace, il faut qu’il soit précoce. Plus le patient agit tôt, plus son traitement est efficace et plus vite sa crise sera soulagée.

Ce que les médecins recommandent, en général, c’est de prendre de l’aspirine, dès que les premiers symptômes apparaissent, ou alors, des anti inflammatoires non stéroïdiens pour prévenir l’aura.

Il est également conseillé d’utiliser les médicaments qu’on utilise lors de la migraine classique comme les triptans qui ont une action sur les récepteurs du cerveau.

En revanche, il faut bien garder en tête que la prise des AINS (les anti inflammatoires non stéroïdiens) ne doit pas dépasser les 15 jours et 10 jours pour la prise des triptans.

Dans le cas où ces traitements n’agissent pas, ou que le patient ressent des douleurs fréquentes et aiguës, le médecin peut alors passer à un traitement de fond. 

Ce dernier va alors, proposer la prise de 1g d’aspirine quotidiennement ainsi que de l’amitriptyline (ce dernier est utilisé dans les cas très sévères, car c’est un antidépresseur, sa prise est sous contrôle médical car il peut conduire à l’addiction).

Pour les approches non pharmacologiques, les patients peuvent utiliser des méthodes de relaxation ou alors, des thérapies congnitivo-comportementales ce qui va leur permettre de bien gérer leur stress.

Laisser un commentaire